Comment peut on encore défendre le bisphénol A ?

de | 21 avril 2013

Cet article a déjà été lu874fois !

J’ai été étonné lors de ma visite sur un article au sujet du bisphénol de voir que certaines personnes arrivent à défendre le bisphénol et démontent systématiquement tous les arguments de ceux qui n’en veulent plus dans leurs produits.

Je me pose la question suivante : comment peut on encore plébisciter ou défendre le bisphénol A ? Quel intérêt peut on avoir à défendre l’utilisation du bisphénol A ?

En effet même si les études prouvant la dangerosité du bisphénol ne sont pas toujours satisfaisantes, il n’en demeure pas moins qu’il y a un certain nombre d’arguments qui encouragent à suivre le principe de précaution.

Je rappelle que le principe de précaution signifie que lorsqu’un produit est controversé, on l’évite en attendant que toute le lumière soit faite sur sa dangerosité ou son innocuité.

Les arguments anti-bpa

La FDA annonce que le très controversé Bisphénol A est désormais interdit dans les biberons et les gobelets (2012)

Le Bisphénol A pénétrerait l’organisme par la peau INRA

Communiqué de presse (9 avril 2013) – Bisphénol A : un rapport courageux de l’ANSES disqualifie la DJA fixée par l’EFSA

Le Parlement français a définitivement voté, jeudi 13 décembre 2012, une proposition de loi interdisant le bisphénol A dans les contenants alimentaires, dès 2013 pour ceux destinés aux bébés et début 2015 pour les autres.

De nombreuses sources bibliographiques sur le bisphénol A http://fr.wikipedia.org/wiki/Bisph%C3%A9nol_A

La fiche toxicologique de l’INRS qui classe le bisphénol A dans les produits nocifs.

bisphenolA

 

Comment un produit aussi nocif pourrait être inoffensif pour l’organisme une fois dans le corps ?

Pas de fumée sans feu

Comment expliquer ces actions si ce n’est en raison d’une forte suspicion concernant le bisphénol A ?

Voici un historique de la prise de conscience concernant le bisphénol A :

  • En novembre 2010, la Commission Européenne a décidé de restreindre l’utilisation du bisphénol A dans les biberons en polycarbonate.
  • A partir du 1er Mars 2011 et du 1er Juin 2011, la production puis la vente de biberons en polycarbonate contenant du BPA a été interdite en Europe.
  • La France et le Danemark avaient pris cette précaution une année plus tôt, en 2010.
  • En Mars 2010, le Canada a décidé d’interdire le BPA dans les produits à contact alimentaire pour les enfants de moins de 3 ans.
  • En 2012, la FDA annonce que le fameux Bisphénol A est désormais interdit dans les biberons et les gobelets.
  • Le Parlement français a définitivement voté, jeudi 13 décembre 2012, une proposition de loi interdisant le bisphénol A dans les contenants alimentaires, dès 2013 pour ceux destinés aux bébés et début 2015 pour les autres.

Tout ceci est une synthèse de documents scientifiques. Chacun est ensuite libre de penser ce qu’il veut sur le sujet, mais ce sont tout de même des signes de la prise de conscience d’un danger plus que potentiel.

15 réflexions au sujet de « Comment peut on encore défendre le bisphénol A ? »

  1. Pauline
    Vraiment sympa ce site, je trouve votre approche vraiment intéressante, Bravo pour la rédaction. je partage le lien de suite Pauline
    de Défiscalisation
    Répondre
  2. Elisse
    merci pour ces précisions. je fais aussi très attention aux produits que j’achète. je ne comprends pas non plus l’acharnement des grands labos à nous faire absolument nous injecter des horreurs 🙁 il y a beaucoup de consommateurs qui ne s’en préoccupe pas ou font la sourde oreille, soit par fainéantise soit parce qu’ils sont mal informés.
    Répondre
    1. judicael Auteur de l’article
      Oui il y a un manque d’information, des études parfois contradictoire et des lobbies qui font que rien ne change. A nous, consommateur de prendre nos précautions dans le doute.
      Répondre
  3. Florence
    Difficile de savoir ce que les industriels vont nous préparer car après la pseudo disparition du bisphenol dans nos produits (biberon…), quelle autre matière va le remplacer ?? J’ai entendu dire qu’ils avaient trouvé un remplacant mais qui au final ne serait pas forcément meilleur pour nos petits bouts 🙁 un cercle sans fin ?
    Répondre
    1. judicael Auteur de l’article
      Oui et comme cela va se faire dans l’urgence, malheureusement ils n’auront pas le temps de faire des tests d’innocuité pour voir l’impact du composant sur la santé.
      Répondre
  4. Marie
    L’interdiction du Bisphenol A est un problème épineux. Comme vous le soulignez si justement, et c’est le cas pour tous les produits chimiques considérés à risque même si pas forcément interdits, certains attendent une véritable interdiction de la part de l’État pour agir, et ne s’emparent pas du principe de précaution qui devrait s’appliquer automatiquement quand il concerne les enfants.
    Il faut savoir que dans les crèches, ce sujet a fait débat car la protection des bébés ou enfants en bas âge passe avant tout. Pour ne citer qu’un exemple, en 2010 le Maire de Paris a interdit tous les biberons en contenant, mais certaines crèches n’ont pas attendu cette loi et le faisaient déjà.
    Tous les autres produits chimiques sur lesquels nous avons des doutes devraient également être interdits, surtout dans les structures d’accueil de la petite enfance, qu’elles soient privées ou des collectivités, la même rigueur doit être appliquée. Et surtout, ne pas attendre une interdiction pour agir et préserver la santé des enfants.
    Répondre
    1. judicael Auteur de l’article
      Bonjour,

      En effet pour les populations à risque comme les enfants, c’est encore plus important que des décisions soient prises très tôt. Le principe de précaution doit être suivi dès que l’on a le moindre doute. Une étude scientifique sérieuse montrant une suspicion doit permettre justement de mettre en place ce principe, mais bien souvent des études contradictoires font retarder les choses.

      J’apprends dans votre message qu’un maire peut prendre ce genre de décision et c’est en très bonne chose. C’est également très important si les collectivités et entreprises peuvent également prendre ce genre de disposition dans leur enceinte.

      Pour revenir sur le bpa, je crois que c’est le bon choix et le revirement de certains pays montre qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

      Salutations

      Répondre
  5. Michel
    Bonjour Judicael,

    J’ai vu un reportage à la TV sur la nocivité du bisphénol A. Il n’y a pas de doute il est nocif pour la santé et on ne devrait plus le trouver en 2015.
    Il est surtout présent dans le revêtement des boîtes de conserves pour éviter le contact du produit alimentaire avec le métal.
    Tous ces producteurs de boîtes de conserves sont à la recherche d’un produit similaire et non nocif pour la santé. Ils sont droit au mur, ils doivent trouver avant 2015.
    Espérons qu’il n’y aura pas de dérogation.

    Michel

    Répondre
    1. judicael Auteur de l’article
      Bonjour Michel,

      J’espère aussi qu’il n’y aura pas de retard dans le remplacement du bisphénol dans les emballages alimentaires. Espérons aussi que les solutions seront plus saines et que tout sera fait pour une innocuité totale. En 2 ans il sera cependant difficile d’avoir un retour de résultats.

      Répondre
  6. Yohann
    Merci pour cet article et je partage completement votre avis je vends des produits bio de normandie et je trouve scandaleux de voir de grandes surfaces ou des professionnels du secteur défendre encore le bisphénol A.

    Au plaisir.

    Répondre
    1. judicael Auteur de l’article
      Oui tout le monde doit maintenant faire des efforts pour remplacer les bpa par des composants moins nocifs.
      Répondre
    1. judicael Auteur de l’article
      Oui en effet c’est assez incompréhensible. Dans le doute, il vaut mieux de toute façon s’abstenir.
      Répondre

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.